Aller au contenu principal

L’importance du diagnostic

Apnée du sommeil

Le SAOS touche 4 à 8 % des adultes(1). Parmi ceux-ci, près de 80 % d’entre eux ne seraient pas diagnostiqués (4). Une augmentation du nombre de cas de SAOS tout stade de gravité confondu (IAH≥5 événements par heure) est à prévoir dans les années à venir compte tenu du vieillissement de la population française et de l’évolution de la prévalence de pathologies comme l’obésité (3).

Le SAOS : un véritable facteur de risque de mortalité

Véritable facteur de risque de mortalité, le SAOS doit être diagnostiqué.

À court terme (4), le SAOS altère la qualité de vie et se traduit par :

  • une somnolence diurne avec baisse de vigilance,
  • une difficulté à conduire et à exécuter des tâches avec augmentation du risque d’accident de la route et d’accident du travail,
  • des problèmes de mémoire et de concentration,
  • des troubles de l’humeur.

À long terme, le SAOS peut avoir des conséquences graves sur la santé.(5,6) Un SAHOS sévère (IAH > 30 apnées/hypopnées par heure) augmente la mortalité toutes causes et la morbidité cardiovasculaire.(4)

Fréquence des comorbidités associées et profils de patients à dépister

Plusieurs études épidémiologiques démontrent une relation statistique indépendante entre le SAOS et les maladies cardiovasculaires, les troubles métaboliques et plus récemment le cancer. (7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17)

SAOS et obésité : des liens étroits

25 % à 50 % des patients

avec un IMC > 30 présentent un SAOS de type modéré à sévère

Le syndrome obésité-hypoventilation ou SOH

Certains patients obèses développent une insuffisance respiratoire chronique hypercapnique, le syndrome obésité-hypoventilation. La prévalence de ce syndrome est de 10 à 20 % parmi les patients obèses qui souffrent d’un SAOS . Au delà du SAOS, le SOH est associé à une gravité supplémentaire et une surmortalité qui rend le diagnostic essentiel afin de pouvoir proposer un traitement adapté.

Sources

[1] Young T, Peppard PE, Taheri S. Excess weight and sleep-disordered breathing.J Appl Physiol 2005 ;99 :1592-9.

[2] Punjabi MM. The epidemiology of adult abstructive sleep apnea. Proc Am Thorac Sec 2008 ;5 :136-43.

[3] HAS. Evaluation clinique et économique des dispositifs médicaux et prestations associées pour la prise en charge du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS°. Volet 1. Révision de catégories homogènes de dispositifs médicaux évaluation économique. Juillet 2014.

[4] HAS. Comment prescrire les dispositifs médicaux de traitement du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil chez l’adulte. Bon usage des technologies de santé. Octobre 2014.

[5] Lee W, Nagubadi S, Kryger MH, Mokhlesi B. Epidemiology of obstructive sleep apnea: a population-based perspective. Expert Rev Respir Med 2008;2(3):349–64 .

[6] Marin JM1, Carrizo SJ, Vicente E, Agusti AG. Long-term cardiovascular outcomes in men with obstructive sleep apnoea-hypopnoea with or without treatment with continuous positive airway pressure: an observational study. Lancet. 2005 Mar 19-25;365(9464):1046-53.

[7] Trzepizur W, Gagnadoux F. Épidémiologie du syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil. Rev Mal Resp 2014 ;31(6) :568-577.

[8] Young T, Peppard PE, Taheri S. J Appl Physiol 2005 ;99 :1592-9.

[9] Punjabi MM. The epidemiology of adult abstructive sleep apnea. Proc Am Thorac Sec 2008 ;5 :136-43.

[10] Logan et al. Hypertension 2001.

[11] Stevenson et al. Eur Heart J 2008.

[12] Oldenberg et al. J Heart 2006.

[13] Bitter et al. Eur J of Heart Fail 2009.

[14] Bitter Elmasry et al. Thorax 2009.

[15] Peker et al. Eur Resp J 1999.

[16] Foster et al. Diabetes care 2009.

[17] Resta O, Foschino-Barbaro MP, Legari G, Talamo S, Bonfitto P, Palumbo A et al. Sleep-related breathing disorders, loud snoring and excessive daytime sleepiness in obese subjects. Int J Obes Relat Metab Disord 2001;25(5):669-75.

Contactez-nous 24h/24 et 7 jours/7

Assistance téléphonique respiratoire