Aller au contenu principal

Repères pratiques

Nutrition artificielle

En complément du traitement étiologique (1) la prise en charge repose avant tout sur l’alimentation enrichie et/ou compléments nutritionnels oraux et d'éventuels traitements par perfusion.

A qui s'adresse la nutrition artificielle ?

La nutrition artificielle est réservée aux patients

  • dénutris dont les apports alimentaires per os ne peuvent couvrir les besoins nutritionnels
  • qui ne peuvent pas s’alimenter normalement pendant une durée non prévisible

Elle est indiquée chez vos patients dénutris ou à risque de dénutrition, ayant un tube digestif fonctionnel et incapables de couvrir leurs besoins protéino-énergétiques par voie orale.

  • L’abord digestif selon la situation : sonde naso-gastrique (pour une nutrition d’une durée < 1 mois), stomie d’alimentation (pour une durée > 1 mois), site jéjunal en cas de risque élevé d’inhalation gastrique
  • Le type de produit à administrer selon les apports à prévoir et la tolérance de la nutrition :
    • Environ 30 à 35 kcal ; 1 à 1,5 g de protéines et 30 à 40 ml d’eau par kg et par jour.
    • A moduler selon l’état nutritionnel, le degré d’agression (hypercatabolisme) et les apports oraux.
  • La nécessité d’un régulateur de débit est indiqué dans certaines situations
    • Alimentation nocturne
    • Intolérance à la nutrition par gravité
    • Alimentation en site jéjunal
    • Malades et entourage dans l’incapacité physique de gérer une NED par gravité
    • Malades gastrectomisés   
    • Troubles de la conscience sévère 
    • Troubles moteurs intestinaux
    • Maldigestion, malabsorption,
    • Enfants < 16 ans

La prescription selon la LPP

Sources

[1] Crenn P. Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire. Post’U 2011 :1-8. Disponible sur : http://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2011-paris/textes-pos..., consulté le 18/04/2016.