Aller au contenu principal

Du dépistage au traitement

Apnée du sommeil

Les symptômes évoqués par le patient et son entourage doivent vous alerter. Somnolence diurne excessive, ronflements sévères et quotidiens ; sensations d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil ; sommeil non réparateur ; fatigue diurne ; difficultés de concentration ; nycturie (plus d’une miction par nuit) .

Des outils peuvent vous aider à dépister le SAOS

  • L’échelle d’Epworth  (lien vers outils VitalAire)

Questionnaire destiné à évaluer le niveau de somnolence dans la journée chez l’adulte. Le score est compris entre 0 et 24. Un résultat supérieur à 10 est généralement accepté comme indiquant une somnolence diurne excessive.

  • Le questionnaire STOP BANG (lien)

Questionnaire qui permet d’évaluer le risque que votre patient souffre de SAOS. Le score obtenu est compris entre 0 et 8. Un score inférieur à 3 correspond à un risque faible. Un score supérieur ou égal à 3 correspond à un risque élevé.

Diagnostiquer le SAOS

Polygraphie et/ou polysomnographie sont indiquées en cas de présomption clinique élevée

  • La polygraphie ventilatoire enregistre tous les paramètres de la respiration et le taux d’oxygène dans le sang au cours du sommeil.
  • La polysomnographie enregistre les mêmes paramètres mais aussi les troubles cardiaques, neurologiques et les mouvements des jambes au cours du sommeil.

Ces examens permettent de détecter et de quantifier la fréquence et la durée des apnées pendant le sommeil.

Traiter le SAOS

  • Des mesures hygiéno-diététiques (activité physique, habitudes alimentaires,…) sont conseillées  dans tous les cas, quelle que soit la gravité du SAOS. Des recommandations existent et préconisent de choisir le traitement en fonction des symptômes et de la sévérité du SAOS, mesuré par l’indice d’apnées-hypopnées (IAH) (1,2)
  • La ventilation nasale par pression positive continue (PPC) est le traitement de référence.
  • Le traitement alternatif est représenté par les orthèses d’avancée mandibulaire (OAM) aussi efficaces sur la somnolence mais moins efficaces sur les apnées.
  • Une intervention chirurgicale peut parfois être utile.

SAOS

En 1ère intention

En 2ème intention

IAH > 30 ou IAH entre 15 et 30

  • Avec au moins 10 micro-éveils
  • ou  comorbidité cardio-vasculaire associée (hypertension artérielle résistante, fibrillation auriculaire récidivante, insuffisance ventriculaire gauche sévère ou maladie coronaire mal contrôlée, antécédent d’accident vasculaire cérébral).

Ventilation par PPC (Pression Positive Continue)

Efficacité démontrée si l’observance est suffisante

OAM (Orthèse d’Avancée Mandibulaire)

En cas de refus ou d’intolérance à la PPC.

IAH entre 15 et 30

Sans signe de gravité associé (moins de 10 micro-éveils par heure, pas de comorbidité cardio-vasculaire)

OAM

Aussi efficace sur la somnolence, moins efficace sur les apnées.

 

 

Sources

[1] HAS. Evaluation clinique et économique des dispositifs médicaux et prestations associées pour la prise en charge du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS°. Volet 1. Révision de catégories homogènes de dispositifs médicaux évaluation économique. Juillet 2014.

[2] HAS. Comment prescrire les dispositifs médicaux de traitement du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil chez l’adulte. Bon usage des technologies de santé. Octobre 2014.

Contactez-nous 24h/24 et 7 jours/7

Assistance téléphonique respiratoire