Aller au contenu principal

Traitement

Dénutrition

Lutter contre la dénutrition nécessite d’en rechercher sa/ses causes et de la/les traiter. La traiter implique d’augmenter les apports par des moyens adaptés à la sévérité de la dénutrition.

En cas de dénutrition modérée

Dans un 1er temps, le traitement consiste à modifier l’alimentation

  • augmenter les apports caloriques en ajoutant deux à 3 collations par jour au repas principaux
  • augmenter les calories de chaque plat sans en augmenter le volume en les enrichissants avec œuf, jambon, crème fraîche, fromage, poudre de lait …
  • modifier la texture des aliments (hâchés, mixés) en cas de problème de déglutition,
  • fractionner les repas manger lentement sans vous forcez mais avec plaisir

Votre médecin peut aussi vous prescrire des compléments nutritionnels oraux riches en calories et enrichis en protéines.

En cas de dénutrition sévère

Lorsque l'alimentation orale est impossible ou insuffisante pour couvrir l’ensemble des besoins, une nutrition artificielle doit être envisagée :

  • La nutrition entérale, si le tube digestif fonctionne, permet d’administrer des substances nutritives directement dans le tube digestif à l’aide d’une sonde.
  • La nutrition parentérale, si la nutrition entérale est impossible, permet d’administrer des nutriments directement dans le sang par l’intermédiaire d’une voie veineuse centrale.

Dans tous les cas, l’assistance nutritionnelle peut être totale ou partielle, temporaire ou définitive et associée à la poursuite d’une alimentation orale.

Initiées à l’hôpital, la nutrition entérale comme la nutrition parentérale peuvent se poursuivre à domicile avec l’aide de VitalAire.

Mon médecin m’a prescrit des CNO (Compléments Nutritionnels Oraux)

Ce sont des mélanges nutritifs complets administrables par voie orale, hyperénergétiques et/ou hyperprotidiques, de goûts et de textures variés.

  • Ils ne doivent pas se substituer à l’alimentation normale qui doit être maintenue et favorisée.
  • Consommez de préférence la plupart des CNO sucrés, très frais.
  • Le relais par une nutrition entérale partielle ou totale peut être envisagé lorsque les CNO sont insuffisants ou inefficaces.

 

Mon médecin m’a prescrit une nutrition entérale

Elle permet d’administrer des substances nutritives directement dans le tube digestif à l’aide d’une sonde.

  • Elle est préférable lorsque le tube digestif fonctionne bien mais qu’une alimentation par voie orale est impossible ou insuffisante.
  • Transitoire ou définitive, elle permet de maintenir ou de rétablir un état nutritionnel correct en prévenant la déshydratation.
  • L’apport de nutriments dans le tube digestif se fait par une poche de nutrition prête à l’emploi par simple gravité ou à l’aide d’une pompe qui régule le débit.

 

Mon médecin m’a prescrit une nutrition parentérale

Elle consiste à apporter des mélanges nutritifs directement dans le sang par voie intraveineuse par l’intermédiaire de dispositifs adaptés

  • Il existe 2 types de dispostifs : le cathéter ou la chambre implantable
  • Elle peut représenter une assistance nutritionnelle en complément du mode d’alimentation habituel par voie digestive ou peut répondre à la totalité des besoins.
  • La nutrition parentérale est souvent effectuée durant la nuit afin d’éviter de nuire aux activités diurnes.
  • Les branchements et débranchements de la nutrition parentérale, ainsi que les soins hebdomadaires du cathéter doivent être effectués par un infirmier habilité pour réaliser ce type de soins.
  • Du fait de sa complexité, la mise en œuvre de cette technique à domicile requiert une collaboration étroite entre les acteurs de santé qui interviennent auprès du patient : médecin prescripteur, prestataire de soins à domicile, infirmier libéral, médecin traitant et pharmacien.

Il existe 3 types de sonde pour administrer une nutrition entérale

  • 01

    La sonde nasale (naso-gastrique ou naso-jéjunale)

    Elle est introduite par le nez jusque dans l’estomac ou le jéjunum (partie de l’intestin proche de l’estomac). Elle est souvent utilisée pour une durée courte de moins d’un mois.

  • 02

    La sonde de gastrostomie ou jéjunostomie

    Elle est directement mise en place dans l’estomac ou le jéjunum à l’aide d’une petite incision dans la paroi du ventre sous anesthésie locale ou générale. Utilisée pour des durées de plus d’un mois, elle a l’avantage d’être invisible sous les vêtements.

  • 03

    Le bouton de stomie

    Il s’agit d’un dispositif à fleur de peau avec un système de fixation interne en forme de champignon. A la surface de la peau, il apparaît comme un bouton. Il permet de connecter la tubulure au moment de l’alimentation puis de la déconnecter.